Excel pourquoi pas mais...

Chaque organisation est tenue d’analyser, de planifier et d’établir des rapports sur ses données financières à destination d’intervenants internes et externes. Toutefois, 86 % des organisations continuent d’utiliser Excel pour la planification, les feuilles de calcul demeurant l’outil standard utilisé par les services financiers. Les utilisateurs ont l’habitude d’Excel : c’est un outil facile à utiliser, rapide et flexible ; du moins à l’échelle d’une personne.

Néanmoins, en ce qui concerne les processus utilisés à l’échelle de l’entreprise, les feuilles de calcul posent problème : en effet, elles impliquent des cycles de planification lents et laborieux, ainsi que des processus manuels qui sont sources d’erreurs. Tout cela pèse sur la productivité et constitue une menace sévère pour les responsables financiers chargés de réduire les risques au sein de l’entreprise. Un tableur n’est tout simplement pas un outil de prévision ; il ne permet pas de traiter des volumes de données toujours plus importants, ni de soutenir les services financiers dont le rôle évolue pour passer du rapprochement des données au conseil stratégique